par Clementine
sur May 11, 2017
7 min de lecture

Aujourd’hui, nous vous présentons une sélection d’artistes musicaux sud-africains : artistes contemporains ou d’une autre époque – afrobeat, afropop, funk, jazz, rap ou électro – anglais, afrikaans, xhosa ou zoulou ? Petit tour d’horizon de la musique variée, vivante, colorée de la Nation Arc-en-Ciel. Dépaysement sonore assuré, envie d’évasion garantie !

« Tout est musique. Un tableau, un paysage, un livre , un voyage ne valent que si l’on entend leur musique » – Jacques de Bourbon-Busset (romancier français, 1912-2001).

 

Hugh Masekela

Hugh Masekela est un compositeur, interprète, et joueur de flügelhorn, trompette et cornet. Il se fait connaître dans les années 60 pour ses compositions de jazz et son opposition au régime de l’apartheid. Hugh se passione pour la musique dès son plus jeune âge, et souffle pour la première fois dans une trompette à tout juste 14 ans. Avec ses camarades de classe, il crée Huddleston Jazz Band, le premier orchestre d’Afrique du Sud composé exclusivement de jeunes. En 1959, accompagné d’autres noms connus de la scène musciale sud-africaine (comme Abdullah Ibrahim), il monte le premier Jazz band du pays à sortir un LP : Jazz Epistles.

 

Letta Mbulu

Letta Mbulu est une chanteuse de jazz et soul, originaire du township de Soweto à Johannesburg. Au moment de l’apartheid, elle quitte l’Afrique du Sud et s’installe aux USA, en 1965. Elle commence sa carrière de chanteuse à cette époque, et produira 8 albums jusqu’au milieu des années 80. Elle prêtera sa voix, en langage Swahili (langue largement parlée dans les pays d’Afrique de l’est), à Liberian Girl, chanson écrite et interprétée par Michael Jackson.

 

Miriam Makeba

Aussi surnomée Mama Africa, Zenzile Miriam Makeba est plus qu’une icône en Afrique du Sud : à la fois chanteuse, actrice, ambassadrice de l’ONU, et activiste des droits humains, elle se fait remarquer dans les années 1950 en jouant un petit rôle dans le film Come Back, Africa qui dénonce l’apartheid. Elle part alors pour New York où elle enregistre son premier album. Elle deviendra l’une des chanteuses les plus respectées et appréciées en Afrique du Sud, et l’est toujours aujourd’hui.

 

Ladysmith Black Mambazo

Ladysmith Black Mambazo est un groupe vocal fondé en 1960 par Joseph Shabalala, chanteur principal. Le groupe se fait connaître pour ses prestations vibrantes sur scène acapella. Le nom du groupe n’est pas choisi au hasard : Ladysmith est le nom de la ville d’où les membres sont originaires, dans la province du KwaZulu-Natal. Black représente le boeuf noir, animal considéré comme le plus puissant de la ferme. Enfin, Mambazo signifie hâche, afin d’impressionner leurs adversaires lors des concours de chant (dont ils ressortent pratiquement toujours vainqueurs). Le groupe se fait connaître du grand public avec leur titre Graceland qu’ils enregistreront sur l’album de Paul Simon.

 

Brenda Fassie 

Brenda Fassie est une chanteuse d’afropop, originaire du township de Langa dans la banlieue de Cape Town . Elle s’oppose dans ses chansons fermement au régime de l’apartheid instauré dans son pays. Largement adorée par son public, elle est aussi connue comme la “Madonna des townships”. La chanteuse s’éteindra en avril 2004, à l’âge de 39 ans seulement.

 

Caiphus Semenya

Caiphus Semenya est un chanteur/compositeur et mari de Letta Mbulu (voir un peu plus haut). Ensemble, ils quittent l’Afrique du Sud dans les années 1960 pour s’installer aux Etats-Unis et se consacrer entièrement à leur carrière musciale, loin des tourments du régime de l’apartheid. Caiphus collaborera avec les plus grands artistes de son époque : Michael Jackson, Nina Simone ou encore Quincy Jones.

 

Johnny Clegg

Johnny Clegg est connu en Afrique du Sud comme chanteur d’afropop et Mbaqanga (style de musique sud-africain imprégné de la culture et des racines zouloues). Sur scène, il performe en solo mais aussi accompagné de ses groupes, Juluka et Savuka. C’est un artiste très populaire et apprécié dans son pays, qui mixe avec subtilité sonorités zouloues et paroles anglaises. Il héritera d’ailleurs du surnom de “Zoulou Blanc” (White Zulu).

 

Freshlyground

Freshlyground est un groupe d’afro-fusion dont les chansons mélangent différents styles : jazz, soul, indie rock, folk et afropop. Le groupe se forme en 2002 à Cape Town, et compte 7 membres. Depuis son premier album sorti en 2003, Jika Jika, le groupe produit 6 albums, dont le dernier sorti en 2013.

 

Die Antwoord

Die Antwoord se distingue dans la musique rap/électro/alternative sud-africaine. Le duo représente un style bien particulier : le zef, mouvement alternatif dont le but est de détourner un mode de vie vu comme ringard et le remettre au goût du jour. En d’autres termes, le zef tend à rendre beau et tendance ce qui est en réalité sans valeur. Ninja et Yolanda Visser, mari et femme, performent en anglais, afrikaans et xhosa. Ils sortent leur premier album en 2009 et se font connaître pour leur style provocateur et leurs vidéo-clips peu ordinaires et quelque peu… effrayants !

 

Goldfish

Goldfish est un duo de musique électronique dont le premier album sort en 2006. Il enchaîne depuis les succès grâce à sa musique entraînante inspirée de sonorités africaines et jazzy. Les deux membres du groupe se font remarquer sur la scène internationale notamment en réalisant les premières parties live de grands noms de la scène électro : Faithless, Basement Jaxx ou Fatboy Slim pour ne citer que les plus connus !

 

Nonku Phiri

Nonku Phiri est la fille du musicien Ray Phiri, artiste sud-africain de jazz et fusion. En plus d’être passionée par la musique, Nonku est aussi designer graphique. Elle écrit et compose elle-même ses chansons, et sort son premier titre en 2015 (celui-ci !).  Quand on lui demande à quel genre appartient sa musique, Nonku répond que ses chansons ne correspondent pas à un genre particulier, mais qu’elle fait simplement ce qu’elle aime et ce qui l’inspire.

 

Toya Delazy

Latoya Nontokozo Buthelezi est originaire de la ville de Durban, dans le KwaZulu-Natal. Plus connue sous le nom de Toya Delazy, la chanteuse de 27 ans s’est déjà forgée une place dans la scène musicale de son pays : produite par Sony Music Africa, elle remporte plusieurs récompenses lors de cérémonies de remise de prix (Révélation de l’année et Meilleur album pop en 2013). Ses chansons sont le reflet de la jeunesse sud-africaine : vibrante, électrisante, pleine de vie, mélangeant avec style jazz, électro, hip-hop.

 

Kwesta

Kwesta, de son vrai nom Senzo Mfundo Vilakazi, est un rappeur et compositeur sud-africain, originaire de la province du Gauteng. Il commence sa carrière musicale en 2003 en créant un groupe de rap avec une bande d’amis. A l’âge de 16 ans, il quitte l’école pour se consacrer entièrement à la musique, sous le nom de Kwesta. En 2010, il se retrouve sous le feu des lumières en devenant l’ambassadeur de son pays pour la FIFA World Cup. Il sort son premier album la même année, et dispose aujourd’hui de 3 albums à son actif.

 

Al Bairre 

Al Bairre (prononcé [Al Bear]) est un groupe d’indie-pop originaire de Cape Town, formé en 2012. Le groupe de 5 membres, dont les influences musicales vont de Vampire Weekend à Arcade Fire en passant par Edward Sharpe, mêlent une multitude d’instruments dans leurs compositions : violon, guitare, ukelele, violoncelle… Le groupe se définit lui-même comme une “crème glacée de sons orchestraux” (?!).

 

Gazelle

Gazelle est un duo musical originaire de Cape Town, qui voit le jour en 2006. Les deux membres composent leurs morceaux en utilisant des rythmes à la fois électro, funk, disco, accompagnés de musique traditionnelle africaine. Avec leurs créations musicales hypnotisantes, Gazelle parvient à se faire remarquer sur la scène musciale sud-africaine… Découvrez plus de leurs créations sur leur Soundcloud !

 

Ce post vous a plu ? N’hésitez pas à partager avec nous vos chansons sud-africaines préférées, en les commentant ci-dessous !