par Zanago
sur June 1, 2017
5 min de lecture

Ma grand-mère disait toujours que “peu importe ce que l’on met dans sa casserole, si on le fait avec amour le repas sera toujours délicieux”. Mon expérience en Afrique du Sud prouve bien qu’elle avait raison ! Terre de diversité, l’Afrique du Sud possède un héritage riche et unique, son histoire et sa culture forment un mélange étonnant dans sa gastronomie. Combinaison entre cuisines allemande, hollandaise, indienne, malaisienne et africaine, ce brassage fait naître un mélange de saveurs qui en fera saliver plus d’un !

 

Vetkoek : parfait pour un petit creux

Le vetkoek est aussi l’ami des végétariens / Photo : www.koo.co.za

Beignets frits à manger en version salée, fourrés avec un mélange de viande et de légumes ou en version sucrée avec de la confiture ou du miel. Prenant leurs origines des beignets hollandais, on retrouve ce type de beignets un peu partout dans le monde. Portant le nom de « Johnny cake » aux Antilles ou encore « sopapillas » au Mexique. Très peu conseillé pendant un régime, Vetkoek signifie « gâteau gras » en Afrikaans. Pour réaliser un bon vetkoek (prononcez vetkook), il vous suffit d’avoir de la farine, du sel, de la levure et bien sûr beaucoup d’huile ! En version sucrée ou salée, fourrez un vetkoek de ce que vous aimez !

 

Bobotie : un flan aux saveurs sud-africaines

Première couche du bobotie / Photo : thedomesticman.com

L’un des repas les plus connus en Afrique du Sud, le Bobotie est une sorte de flan salé à base de viande hachée. La recette traditionnelle inclut de la viande finement hachée, de la chapelure, du lait, des oignons, du beurre et une sauce au curry faite avec des épices, du sucre, du jus de citron, du piment et du vinaigre. Le bobotie est cuit avec un mélange d’oeufs et de lait. À travers les années, la recette a cependant évolué. Le bobotie « moderne » peut aussi comprendre des fruits secs comme le raisin, l’abricot et différentes noix. L’origine du bobotie est controversée, certains pensent que ce plat vient de Malaisie d’autres que c’est une variante du bobotok, repas indonésien. La réponse de trouve dans vos palais !

 

Curry Cape Malay : rencontre entre Afrique et Asie

Curry version végétarienne : lentille corail – cacahuète – épices / Photo : Vegan richa

La cuisine « Cape Malay » est très influente en Afrique du Sud. Cuisine fortement aromatisée et épicée, les ingrédients indispensables sont la coriandre fraîche, l’ail, le gingembre, les feuilles de curry et une pluie d’autres épices comme le cumin, la coriandre et le curcuma. Les origines de cette cuisine proviennent des descendants d’esclaves venus d’Asie vers Afrique du Sud entre le 10e et le 17e siècle. Cette cuisine est idéale pour les débutants, car elle ne nécessite que très peu d’étapes et d’ingrédients.

 

Curry version non-végétarienne : agneau et diverses épices / Photo : yuppiechef

 

Chakalaka : une explosion de saveurs

Photo : koo.co.za

Né dans les villages (banlieues) de Johannesburg, ce plat épicé est parfait pour les dimanches en famille. Un mélange de tomates, d’oignons, d’haricots et d’épices, il peut être servi froid ou chaud et est bien souvent associé à une part de Pap (recette suivante). Tout bon sud-africain sait préparer un Chakalaka, une explication à cela, pas besoin de recette exacte, il suffit de mélanger tous les ingrédients et de laisser la magie opérer. Certains rajoutent des carottes, d’autres du gingembre ou encore du chou-fleur. Afin d’équilibrer cette effusion d’épices, il est possible de servir le Chakalaka avec un soupçon d’Amasi (terme Zoulu et Xhosa signifiant lait caillé en français).

 

Pap : l’accompagnement parfait à toutes les sauces

Lindi Sehlabela prépare un pap pour ses clients dans son magasin de fortune à Sandton.

Ce porridge traditionnel à base de Miele-meal (maïs broyé) est l’emblème de la cuisine ancestrale sud-africaine. Souvent consommé comme plat principal dans les banlieues et campagnes, le pap est autrement mangé comme accompagnement avec les plats en sauce. Facile à cuisiner et prêt en 25 minutes environ, je dois quand même vous avertir que le pap devient de plus en plus ferme en cuisant … parfait pour se faire les bras !

 

Malva pudding : place aux desserts et à la gourmandise

Malva pudding, juste sortie du four / Photo : getaway.co.za

Héritage hollandais, le dictionnaire anglais d’Oxford défini le terme afrikaans « malva » en « marshmallow », ceci serait probablement lié à la texture très spongieuse de ce gâteau. Contenant de la confiture d’abricots et ayant une texture caramélisée, ce gâteau est généralement servi chaud avec une couche de crème similaire à la crème anglaise, ou un coulis d’Amarula (liqueur alcoolisée à base du fruit de l’arbre Marula). Ce gâteau se marie parfaitement avec une tasse de thé sud-africain, le délicieux rooibos.

 

Melktert : un souvenir d’enfance

Photo : tuis.co.za

Un Melktert, mot afrikaans signifiant tarte au lait, est une tarte ressemblant au flan traditionnel, la seule différence résidant dans sa base. Ici, la base est croquante et recouverte d’un mélange de lait concentré, de lait, de farine et d’œuf. Ce dessert vous apportera le juste milieu d’onctuosité et de croustillant.

 

À vos fourneaux, votre tablier de Chef en place, osez, expérimentez, testez et surtout rappelez-vous de la règle d’or de ma grand-mère, “peu importe ce que l’on met dans sa casserole, si on le fait avec amour le repas sera toujours délicieux” !