par Ombeline Faure sur December 8, 2016
3 min read

« Zanzibar… Je n’aurai plus jamais loisir de m’y rendre. Zanzibar, paradis dans l’océan Indien, embaumé de clous de girofle » se lamente Kessel lorsqu’il écrit Le Lion.

               Zanzibar… son seul nom est une invitation au voyage. Cette île perdue au milieu des eaux chaudes du littoral tanzanien a des accents d’exotisme, d’épices et de couleurs.  Au carrefour de l’Inde, de l’Arabie et de l’Afrique, l’île vous offre ses mille et une senteurs et reste dans l’imaginaire comme une porte ouverte pour les explorateurs. Ses kilomètres de sable blanc et de palmiers ont servi l’inspiration de nombreux écrivains et poètes. Rimbaud en fit une obsession, Kessel et Conrad l’ont rêvée sans pouvoir l’atteindre.

Zanzibar vue du ciel

Mais pourquoi cette petite île de Tanzanie fascine-t-elle autant ? Que cachent ses eaux translucides et ses rues tortueuses ?

Si elle est l’une des destinations favorites des jeunes mariés pour ses airs de carte postale, elle possède surtout un riche passé historique aux influences culturelles multiples.

D’abord sous influence swahilie depuis le Ier siècle grâce à sa proximité avec le Mozambique, elle est ensuite marquée par le développement de l’Islam qui engendre de nouveaux voyages d’exploration et donc de nouveaux mélanges de cultures.

C’est principalement son architecture qui aujourd’hui porte la trace de ce passé multiculturel et cosmopolite. Les petites rues sinueuses de la ville de Stone Town, inscrite en 2000 au Patrimoine mondial de l’Unesco pour sa beauté architecturale, vous transporteront dans un voyage plein de charme à travers les différentes influences historiques qui marquèrent le passé de la ville. Ses portes en bois sculptées sont emblématiques de la culture arabe et ses marchés vous rappelleront sa position centrale sur la Route des épices. La cathédrale catholique romaine de Saint Joseph est quant à elle un lieu fort de la présence européenne sur les terres tanzaniennes au XVIIIe siècle.

Porte sculptée à Stone Town

Magnifique exemple des villes côtières swahilies d’Afrique de l’Est, Zanzibar a su conserver les richesses de son histoire –ivoire, plantations de palétuviers, architecture magnifique, clous de girofles et épices, influences multiculturelles- tout en abandonnant le chapitre sombre que fut la période d’esclavage qui prend fin en 1873 lors de la confiscation des navires négriers. Ses marchés sont aujourd’hui très appréciés, que ce soit par les locaux ou les visiteurs de passage sur l’île. Incontournables de l’île, ils sont une oasis de senteurs et de couleurs très emblématiques de la culture locale.

Marché aux épices

Enfin l’île possède une faune et une flore abondantes qui s’épanouissent dans des paysages paradisiaques, constitués de plages encore sauvages, de forêts luxuriantes, de cascades et des eaux turquoises de l’océan Indien. Des colonies de dauphins peuplent les eaux qui entourent l’île et peuvent être aperçus depuis les plages de sable blanc. Plus de 200 espèces de coraux et plus de 350 espèces de poissons multicolores vivent dans l’immense parc sous-marin que constitue le lagon bordé par sa barrière de corail. Enfin des dizaines d’espèces d’oiseaux colorés, des papillons, des antilopes et des singes peuplent les denses forêts qui recouvrent une partie de l’île.

Euplecte ignicolore - Zanzibar

 

Nul doute que les écrivains romantiques du XIXe siècle qui ont fantasmé cette perle de l’Océan Indien auraient apprécié le calme et la beauté des lieux qui prédominent aujourd’hui après une histoire troublée. Sa beauté naturelle et les paysages merveilleux qu’elle offre laissent des souvenirs enchanteurs à qui a la chance de fouler son sol.