par Garance Chassaing sur November 19, 2018
3 min read

Bonne nouvelle pour la planète, enfin ! Et on en avait grandement besoin après le rapport de WWF nous annonçant la disparition de 60% des éspèces vertébrés en moins de 50 ans dû à l’activité humaine au début du mois. L’éveil des conscience et les efforts de conservation ont conduit aux récents résultats encourageants des scientifiques annonçant une augmentation notable de la population des gorilles des montagnes. Et ici comme ailleurs, cette nouvelle allume comme une lueur d’espoir quant à la protection des animaux.

Crédit photo : WWF

Les faits s’il vous plait :

Où ?

Il existe sur notre beau continent le Parc National des Virunga, partagé entre trois pays que sont l’Ouganda, le Rwanda et la République Démocratique du Congo. Ce dernier abrite un massif montagneux au croisement de ces pays d’Afrique Centrale, lui même foyer de la population de gorilles des montagnes (Gorilla beringei beringei).

Quoi ?

Selon le tout dernier recensement des primates par la Collaboration Transfrontalière du Grand Virunga en partenanriat avec le programme international de conservation des gorilles : la population des gorilles des montagnes serait en hausse ! 1004 individus sont recensés dans la région transfrontalière des grands Lacs Africains, un record encore jamais atteint et qui mérite quelques danses de la joie.

Crédit photo : WWF

Pourquoi leur nombre a tant diminué ?

Bien que les chiffres soient en hausse, l’espèce est toujours grandement menacée pour plusieurs raisons :

  • La destruction de leur environnement :

Dans cette région du monde les lobbies sont nombreux à faire pression pour la déforestation au profit des mines de l’industrie pétrolière. Ce qui signifie des milliers d’hectares de forêt vierge, l’habitat de nos chers gorilles, parti en fumée pour de l’or noir.

  • Le braconnage humain :  

Tout au long du dernier recensement, les équipes n’ont eu de cesse de détruire les pièges (380 en tout) tendus par les braconniers. Ces derniers ne cherchent pas forcément à piéger les gorilles mais plutôt des antilopes poru se nourrir sauf que le piège attrape toutes espèces confondues d’une taille et volume similaire.

  • Les maladies infectueuses :

Là encore les maladies infectueuses sont la conséquence de l’exploitation de l’habitat des gorilles des montagnes par les humains. L’Homme a introduit des maladies dans cette zone reculée du monde comme le virus d’Ebola qui décime ces primates.

Un bébé gorille mangeant de l'herbe

Qui n’a pas envie de protéger cet animal adorable ? Crédit photo : Porco Rosso

Le tourisme comme levier pour les protéger

Revenons à l’annonce qui a ensoleillé nos bureaux de ce côté du monde : le nombre de gorilles de montagne augmente et cela grâce à plusieurs effets combinés. Tout d’abord les efforts de conservation et l’éco-tourisme ! Chez Rhino Africa nous envoyons nos clients au Rwanda et Ouganda pour observer les primates (deux destinations que vous pouvez aussi combiner en un voyage). Les touristes de ce côté du monde contribuent ainsi financièrement à l’entretien des réserves et à l’emploi de gardes et trackers qui patrouillent chaque jour pour surveiller les familles de gorilles habitant la région. Et là réside les valeurs de Rhino Africa : le voyage – dans le respect de l’environnement – peut être la meilleure des armes pour protéger toute la beauté de ce monde et ses habitants.

Le nombre de gorilles des montagnes augmente grâce notamment à l'éco-tourisme.

Des trecking sont organisés pour rencontrer les gorilles et leur coût participe à la protection et surveillance de ces forêts tropicale. Crédit photo : Virunga Lodge

Alors, on organise quand votre voyage à la rencontre des gorilles des montagnes ? Vous pouvez nous contacter ici.

À bientôt en terres inconnues !