par Alice Moreau sur April 15, 2019
6 min read

Au Congo-Brazzaville, une expérience formidable attend les aventuriers et amoureux de la nature. Notre équipe multimédia s’est rendue dans le paradis luxuriant du Parc National d’Odzala Kokoua sur les traces des gorilles.

Notre photographe Simon, grand spécialiste des safari-photos et photographe attitré de Rhino Africa s’est rendu au Congo-Brazzaville dans la forêt d’Odzala pour faire l’expérience de la plus grande forêt tropicale du continent africain, en compagnie de notre équipe multimédia. De ce voyage, ils nous ont rapporté de superbes photos et vidéos.

En parcourant les photos prises au Congo, Simon m’a fait le récit d’un safari d’un nouveau genre : un safari des gorilles des plaines occidentales.

Le Ngaga Camp et son équipe de recherche

Au coeur de la forêt tropicale du Parc National d’Odzala Kokoua se trouve l’un des 3 campements d’Odzala : le Ngaga Camp.

Le Ngaga Camp est un campement qui entend accueillir des voyageurs aventuriers et curieux de découvrir ce lieu reculé aux côtés d’une équipe dirigée par le Dr. Magdalena Bermejo – primatologue espagnole mondialement connue comme la pionnière de l’étude des gorilles des plaines occidentales.

Leur travail est essentiel à la conservation de ces gorilles qui ont connu une dramatique épidémie d’ebola contribuant à la perte de 95% de la population de gorilles des plaines occidentales. Les bénéfices du campement permettent de financer le travail de l’équipe de Ngaga et du Dr. Bermejo.

Ngaga Camp

Récit d’une journée dans la forêt tropicale du Parc d’Odzala : safari des gorilles

Simon : “ La veille de la randonnée, nous avons eu un brief avec la responsable d’un programme de recherche et de conservation mené depuis environ 20 ans. C’est l’un des programmes les plus importants sur les gorilles des plaines occidentales. La responsable s’appelle Magdalena Bermejo.

Elle a travaillé sur les recherches de Dian Fossey sur les gorilles des montagnes au Rwanda et contribue aujourd’hui à la préservation des gorilles des plaines occidentales. L’équipe comprend deux pisteurs qui le soir font un état des lieux des mouvements des gorilles de la journée avec Magdalena. Une fois leur rapport terminé, ils repartent dans la forêt.”

Dr. Magdalena Bermejo entourée de membres de l’équipe du Ngaga Camp. Crédit photo : Odzala camps

Simon : “Ces gorilles sont une sous-espèce unique qui a vu sa population chuter de 95% au début des années 2000 à cause d’une épidémie d’Ebola. Après l’épidémie ces gorilles ont été listés parmi les espèces en danger de disparition. À proximité des gorilles, il faut porter un masque pour ne pas risquer de leur transmettre des petits maladies bénignes pour nous mais qui pourraient leur coûter la vie.”

Mieux vaut prévenir que guérir !

Simon : “Ce brief nous a permis de poser des questions à Magdalena et d’avoir des instructions sur comment se comporter en présence des gorilles. Elle nous a expliqué que parmi les familles de gorilles qui vivent dans le Parc National d’Odzala, seules deux familles sont observables par les visiteurs car ils tolèrent la présence des Hommes.

Chaque famille est composée de femelles, de jeunes gorilles et d’un mâle dominant à dos argenté. À l’adolescence, les mâles mangent beaucoup pour prendre de la masse et atteindre les 200 kg. Une fois adultes, certains mâles non-dominants restent dans le groupe, les autres doivent partir et fonder leur propre famille pour ne pas concurrencer le mâle dominant. Les mâles des deux familles observables ont été nommés Neptune et Pluton. Oui, oui. Comme les planètes et les dieux de la mythologie romaine ! “

Mâle à dos argenté

Simon : “Le jour de la randonnée, on s’est levés au petit matin et après un petit en-cas, on s’est engouffrés dans les allées étroites de la forêt, entourés d’une végétation dense faite de plantes marantaceae. L’atmosphère est chaude et humide sous la canopée. On transpire vite dans cette forêt tropicale, surtout quand on transporte du matériel photo et vidéo !

On a l’impression d’être tout petit à côté des arbres qui font bien une trentaine de mètres. Par moment on voyait des fruits tomber des arbres du haut de la canopée puis des gorilles qui glissent un à un sur les troncs.”

Simon : “Quand on marche dans la forêt, il y a toujours un bruit de fond qui mêle le chant des oiseaux et bruits d’insectes. Puis par moment on entend les gorilles communiquer entre eux à distance lorsqu’ils se déplacent dans la forêt.

Pour communiquer, ils tapent sur leur poitrine et font des bruits de bouche. *imitation plutôt convaincante* Après avoir entendu les gorilles communiquer, le pisteur a changé de route pour se faufiler dans les herbes hautes et retrouver les gorilles.”

Simon : “ On a pu observer les gorilles pendant une trentaine de minutes. Les jeunes gorilles aiment frimer les uns devant les autres en essayant de prouver qu’ils sont les meilleurs à telle ou telle chose. De vrais sapeurs de la jungle !

Sur la photo ci-dessous, ce sont des jeunes gorilles que nous avons croisé. Un petit brave a décidé de s’approcher et nous intimider en tapant sur sa poitrine pendant que les autres, plus timides, observaient la scène, cachés derrières le feuillage.”

Simon : “ Le pisteur nous a montré ces arbres avec des trous creusés tout autour. Bien… des trous. Mais encore…? Ces trous de 2m de profondeur ont été creusés par les femelles âgées – les mamis gorilles – autour de cet arbre spécifique pour en manger les racines.

On ne sait pas exactement pourquoi est-ce que c’est propre aux femelles âgées ni pourquoi elles creusent ci-profond pour trouver ces racines. On suppose que ces racines ont des vertues médicinales.”

Simon : “La randonnée dure environ 3 heures et on a pu observer les gorilles de près pendant une trentaine de minutes. Quand je dis de près ça veut dire à pas plus de 7 mètres environ : consigne des pisteurs ! Après avoir fait de magnifiques clichés de cette expérience comme nous n’en avions jamais vécue, nous sommes rentrés au Ngaga Camp pour prendre une bonne douche et profiter de la soirée au milieu de la jungle et de son ciel fourmillant d’étoiles.”

Terrasse du Ngaga Camp

Chambre au Ngaga Camp d’influence pigmée et faite de matériaux naturels

J’espère que l’aventure de Simon vous aura plu ! N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez vivre cette expérience unique en son genre en Afrique de l’Ouest. Pour en savoir plus sur l’Afrique de l’Ouest et le Congo-Brazzaville, retrouvez tous nos articles sur cette destination.

Pour conclure cet article, voici quelques unes de mes photos préférées prises lors de leur périple au Congo :

Ça change des panneaux signalant le passage d’animaux sauvages en France !

À bientôt chez Rhino Africa !