par Alice Moreau sur May 30, 2019
9 min read

Africa’s Photographer of the Year (APOTY) est la plus prestigieuse compétition photographique du continent africain. Elle a été créée pour inspirer, exposer et célébrer la beauté des terres d’Afrique, ses animaux sauvages, ses paysages et ses habitants.

Le sri lankais Lakshitha Karunarathna est le gagnant du Grand Prix de l’édition 2018 d’APOTY avec son superbe cliché pris en Tanzanie dans le célèbre Maasai Mara. Découvrez l’histoire de ce photographe animalier et de son cliché primé.

Grand Prix APOTY 2018

La photo élue pour le Grand Prix 2018 : un léopard essayant d’attraper ce qui reste d’une carcasse de renard dans un arbre. Crédit photo : Lakshitha Karunarathna

  • Rhino Africa (R.A.) : Veuillez-vous présenter et nous en dire plus sur vos voyages en Afrique.

Lakshitha Karunarathna (L.K.) : Je suis né et j’ai grandi dans une région appelée Rathnapura qui est à 125 km de la capitale du Sri Lanka, Colombo. Je suis dégustateur de thé de profession et je suis dans le commerce du thé au Sri Lanka depuis plus de 18 ans. Je dirige actuellement ma propre entreprise de dégustation de thé avec d’autres entreprises.

Je me suis lancé dans l’entreprenariat en 2008, et c’est à ce moment que j’ai décidé de quitter mon emploi à plein temps dans la dégustation de thé. Deux ans plus tard, après m’être assuré que mon entreprise avait pris son envol, j’ai pu me mettre dans une position plus indépendante et travailler dans ma propre entreprise un peu plus librement tout en prenant plus de temps pour voyager et vivre ma passion pour la photographie.

La première fois que je suis venu en Afrique, c’était en 2016 et j’en suis tombé amoureux dès la première fois que j’y ai mis les pieds. On ne se lasse jamais de l’Afrique, car la région est immense et grouille d’enthousiasme – unique à ce grand continent. La toute première fois que je suis allé au Maasai Mara [Tanzanie], j’avais prévu de visiter d’autres parties du continent comme l’Afrique du Sud, le Zimbabwe, la Tanzanie, le Mozambique, le Botswana & l’Ouganda. Mais avec autant de surface à couvrir en si peu de temps, je n’ai pas été en mesure de le faire. Mais bien sûr, je me réjouis à l’idée d’explorer davantage dans les années à venir.

Source : https://www.lakshithak.com/about

Portrait de Lakshitha Karunarathna

  • R.A. : Comment avez-vous connu le concours Africa’s Photographer of the Year ?

L.K. : Cela faisait un moment que je savais que Rhino Africa organisait ce grand événement. J’ai participé au concours l’année passé pour la première fois. Je suis un fervent adepte de votre page Instagram par le biais de laquelle j’ai pris connaissance du concours. Comme je suis toujours à la recherche d’endroits à visiter et à explorer pour trouver de potentiels sujets photographiques, je regardais régulièrement cette page pour y découvrir les photos postées.

En constatant le niveau exigeant de la page et du concept, j’ai su que la compétition serait non seulement stimulante mais que cette expérience valait aussi la peine d’être vécue en sachant que je serais en compétition avec les meilleurs. Alors l’année suivante, j’ai tenté à nouveau ma chance et me voilà.

  • R.A. : Nous aimerions en savoir plus sur votre photo gagnante. Pourriez-vous nous en dire plus sur où et comment elle a été prise ?

L.K. : L’image gagnante est celle d’un léopard qui essaie d’attraper ce qui reste d’une carcasse de renard dans un arbre. C’est arrivé lors de ma troisième visite au Kenya, en 2017. Un groupe de photographes animaliers et moi-même étions en safari pour essayer d’immortaliser le Maasai Mara. Nous étions constamment mis au courant des observations potentielles d’animaux et j’ai appris à connaître le léopard. Ce léopard est jeune et il est le fils d’un autre léopard célèbre du Maasai Mara appelé Bhati.

Je voulais prendre une bonne photo avec au moins 75% de l’arbre et une vue sur le Maasai Mara en arrière-plan, alors au lieu de me rapprocher encore plus de la scène devant moi, j’ai encouragé le conducteur du véhicule à reculer afin de me donner assez de distance. Le léopard avait tué un chacal et traînait maintenant sa carcasse jusqu’à la cime de l’arbre où soudainement la moitié de la carcasse est tombée par terre et le jeune léopard s’est accroché à ce qui restait de la carcasse et a fait de son mieux pour la récupérer. C’est ce moment que j’ai capturé sur cette image.

Ein Leopard mit Beute im Maul

Crédit photo : Lakshitha Karunarathna

  • R.A. : Pourquoi avez-vous choisi cette photo en particulier pour le concours ? Selon vous, qu’est-ce qui en fait un cliché primé ?

L.K. : Il n’est pas courant de voir de telles situations se dérouler sous nos yeux en Afrique ou ailleurs. Cette image met l’accent sur une situation de prédateur contre prédateur où un léopard chasse un chacal. J’ai saisi l’instant et j’ai réussi à capturer cette image à un moment inattendu. J’ai d’abord joué avec l’image en couleur, mais je n’ai pas obtenu le rendu que j’attendais. J’ai donc décidé de l’essayer en monochrome et soudain, le résultat semblait en valoir la peine.

  • R.A. : Qu’est-ce que vous aimez le plus dans la nature sauvage de l’Afrique ?

L.K. : L’Afrique est tout simplement un endroit étonnant et si grand qui offre tant de choses à faire. L’immensité de la zone elle-même est à couper le souffle pour quiconque souhaitant explorer ce continent et il y a tant de choses à voir. Même si vous roulez d’un point à l’autre en une demi-heure, vous êtes assuré d’assister à des scènes hypnotisantes.

L’Afrique ne déçoit jamais, et l’aventure est à chaque coin de rue. Pour un photographe animalier il y a donc une infinité d’opportunités à chaque tournant. L’Afrique offre matière à travailler et des éléments tellement uniques qu’on ne trouve nulle part ailleurs dans le monde.

Zwei männliche Löwen im Portrait

Foto: Lakshitha Karunarathna

  • R.A. : Depuis quand fais-tu de la photographie ?

L.K. : Je considère la photographie comme une passion et l’intérêt que j’ai pour la faune et la nature m’a été inculqué dès mon plus jeune âge. Je ne m’attendais pas à m’engager dans la photographie en grandissant. J’étais simplement un observateur. Mon amour pour la nature était assez ancré dans mon esprit depuis toujours. Né dans une ville qui n’était pas étrangère à la beauté de la nature, je crois qu’elle a ouvert la voie à mon amour pour tout ce qui était naturel et vivant.

Quand j’étais jeune, j’avais toujours été fasciné par les documentaires sur la nature qui étaient si difficiles d’accès pendant mon enfance. Ils étaient disponibles en VHS à l’époque et c’était donc un défi de les dénicher dans ma ville natale. J’ai été principalement inspiré par Sir David Attenborough et son travail. Progressivement, j’ai commencé à collectionner des documentaires sur la nature et j’ai aujourd’hui une collection conséquente.

  • R.A. : Avez-vous des conseils pour capter et immortaliser le moment parfait ?

L.K. : En tant que photographe animalier, vous devez développer un fort sens de la patience et accepter l’éventualité d’être déçu. Il se peut qu’à un moment donné, nous ayons une certaine image que nous espérons immortaliser, mais nous ne parviendrons peut-être jamais à obtenir cette image exacte. Nous devons faire nos recherches et apprécier le sujet, ses mouvements et son style de vie, acquérir une bonne compréhension des conditions météorologiques, comprendre la situation derrière l’endroit que nous choisissons et être très bien préparés pour cela avant de décider d’aller là-bas.

Eine Löwin in der Savanne Afrikas

Foto: Lakshitha Karunarathna

  • R.A. : Selon vous, quelle est la plus belle chose au sujet de l’Afrique ?

L.K. : L’Afrique est un beau continent tout simplement plein de vie, d’identité et de caractère. C’est aussi une grande aventure pleine de variété et au caractère unique qui ne cesse de changer au fur et à mesure que l’on voyage dans les profondeurs du continent. Pour moi, ce sens de la variété me fascine.

  • R.A. : Qu’est-ce que les voyageurs en Afrique devraient ajouter à leur bucket list ?

L.K. : Lorsque l’on parle de l’Afrique, les endroits les plus connus qui vous viennent à l’esprit sont par exemple le Maasai Mara et le Serengeti. Ce sont des endroits qui valent la peine sans aucun doute, mais comme je l’ai dit, l’Afrique compte tant d’endroits qui sont uniques à leur façon.

À mon avis, le delta de l’Okavango au Botswana, la Forêt Impénétrable de Bwindi en Ouganda, Parc National des Volcans au Rwanda, le Parc National de Mana Pools au Zimbabwe, les Monts Simien en Ethiopie & le Parc National de Gorongosa au Mozambique sont tous des endroits qui méritent une place dans la bucketlist de tout voyageur.

Crédit photo : Lakshitha Karunarathna

  • R.A. : Quel animal que vous n’avez pas encore immortalisé aimeriez-vous prendre en photo ?

L.K. : J’aimerais immortaliser les babouins Gélada et les bouquetins d’Abyssinie d’Ethiopie, les gorilles de montagne d’Ouganda, les ours bruns côtiers d’Alaska, les orangs-outans d’Indonésie et bien sûr – si j’ai de la chance – le léopard des neiges du nord de l’Inde.

  • R.A. : Qu’attendez-vous le plus avec impatience de vos vacances au Cap et au Botswana ?

L.K. : Au Cap, j’ai hâte de m’immerger un peu plus dans la culture de la ville et d’aller voir leurs célèbres plages qui sont connues dans le monde entier. J’aimerais aussi explorer Table Mountain et les environs. Au Botswana, c’est le paysage complètement différent et j’aurais hâte d’immortaliser la faune sauvage. J’y passerai cinq nuits pour avoir assez de temps et les bonnes conditions pour prendre des photos. J’attends ce voyage avec impatience. 

Grand Prix APOTY 2017. Crédit photo : Clement Kiragu

D’ici quelques semaines, l’édition 2019 d’APOTY débutera. Sélectionnez vos plus belles photos de l’Afrique et tentez vous aussi votre chance en participant au concours ! Pour chacun des 4 trimestres de l’année, un gagnant est désigné puis un grand gagnant de l’année est sélectionné et remporte un merveilleux séjour de luxe en Afrique australe pour deux personnes. Vous pouvez également voter pour élire les photos gagnantes.

Retrouvez toutes les informations sur le site officiel du concours Africa’s Photographer of the Year.